Retour Fil d’actus Les Echos | Publié le 20/11/18

Fusions-acquisitions refroidies par le protectionnisme.-

54% de 2.600 dirigeants sondés par EY disent qu'ils ne poursuivront pas de stratégie active de fusions-acquisitions dans les 12 prochains mois, malgré qu'ils soient 85% à observer une amélioration économique. Les acquisitions, créations de joint-ventures et alliances ne mobilisent que 10% des dirigeants, et les cessions seulement 4%. En cause principale de cette frilosité, l'interventionnisme étatique, identifié comme le plus grand risque sur les fusions par 50% des sondés.

Restez à la page !

Abonnez-vous gratuitement à nos lettres d'actualité et conseil

En continu
Tweets

Suivez-nous !

Top